Rubrique vie de couple - derniers articles

Couple et plaisir

Qu'est-ce que "faire l'amour ?", Comment sont liés jouissance, orgasme, plaisir, désir, pénétration ? Comment retrouver le plaisir sensuel dans le couple ? Pour répondre à ces questions, Manon Bestaux vous invite à danser...

L’orgasme ?

L’homme, même devenu impuissant, en a au minimum un jour dans sa vie, ressenti quelques-uns. La femme peut vivre et mourir sans avoir la moindre idée de ce que c’est... dommage non ?

Germaine R., 74 ans, petite femme assez dynamique, veuve depuis une dizaine d’années, arrive à mon cabinet de sexologie très gênée de parler de sa découverte. Pour tenter de limiter des fuites urinaires devenant bien ennuyeuses, après un parcours hésitant tant la honte la faisait se taire, et en dernier recours avant une opération, elle se force à utiliser ce que son médecin lui prescrit : un électro stimulateur périnéal sans fil (qui ressemble étrangement à un petit sex-toy télécommandé, mais chut !).

Redécouvrir son corps

En utilisant consciencieusement cet engin, tous les soirs, elle réussit à mieux gérer ses fuites, dort mieux, se trouve plus gaie, retourne à la bibliothèque, remet des tenues de couleurs vives mais s’inquiète car… mon Dieu qu’est ce qui m’arrive est-ce bien normal ? Ce qui l’amène c’est qu’elle ne sait à qui en parler et se surprend à ressentir des sensations agaçantes au début mais finalement bien agréables qui lui rappellent un état qu’elle n’avait pas connu depuis longtemps… au moins quand elle était mariée… et encore seulement dans les débuts de son mariage.
Elle tient à me préciser qu’ils n’avaient pas eu d’enfant mais que le couple était très uni. Elle n’avait jamais été portée sur le sexe même si les rapports étaient réguliers car les valeurs choisies de ces deux amoureux-là (elle pleure en évoquant le cher disparu) n’étaient pas la bagatelle mais plutôt la communion d’esprit !

 « Nous ne sommes qu’un. Chacun sait bien sûr que ce n’est jamais arrivé entre deux qu’ils ne fassent qu’un, mais enfin nous ne sommes qu’un. C’est de là que part l’idée de l’amour. » Jacques Lacan.

Rapports sexuels et jouissance

Le hic c’est qu’on peut, à deux, ne faire qu’un… charnellement… en faisant « l’amour », le fameux rapport sexuel, cette pénétration de l’une par l’autre, ou même de l’un par l’un ou de l’un par l’une, mais pour en jouir, de ce rapport-là, de cette intimité-là, de cette fusion des corps, et en jouir longtemps, il est conseillé de bien connaître le fonctionnement des organes. Car seul le pénétrant jouit naturellement d’une pénétration ! Pour la personne pénétrée, c’est une autre histoire.

Considérons l’amour charnel comme une danse. Pas de problèmes on peut toujours danser  seul ! Mais pour danser en couple, il faut savoir que si l’on se rapproche, si on s’enlace, il y aura toujours un (ou une) qui mènera, et l’autre qui suivra… C’est ainsi et pas autrement.

Le plaisir masculin

L’homme, quand il est jeune, sans réfléchir et pour répondre à ses pulsions, choisit de mener cette danse particulière qu’on appelle « le faire l’amour ». Il a envie, il fait la cour, il persuade la cavalière, le corps suit, l’érection est là. S’il danse bien et ne marche pas trop sur les pieds de l’autre il aura le droit de finir l’enchainement des pas conventionnels. Il pénètrera et le va-et-vient délicieux de ce pas-là l’entraînera vers son destin animal, point de non-retour : son éjaculation c'est-à-dire son plaisir minimum sexuel garanti. Il a dirigé la danse et il en a joui. Son cerveau inscrit le principe : je rentre donc je jouis.

Le plaisir féminin

La femme, quand elle est jeune, répond amoureusement à une demande, elle se laisse conduire, elle s’offre en cadeau. Ne lui avait-on pas fait miroiter un orgasme pour elle aussi ? Mais qu’elle comprenne rapidement ! Cette danse-là est une envie pulsionnelle, fusionnelle, un espoir de partage, un besoin d’être comblée pour répondre au « destin animal » : la procréation. D’où l’importance de la pénétration masculine, clé du verrou de la conception… gros avantage pour le cavalier ! Au bal des débutantes, la Belle suit son Prince. Dans le meilleur des cas elle jouit avant, quelquefois pendant mais pas toujours au moment de la pénétration.

Plus tard, après les enfants, ou tout simplement après la ménopause, quand le corps pulsionnel fait défaut, ce n’est plus la même histoire. Pour la femme, jouir d’être pénétrée, c’est la cerise sur le gâteau, un hasard…  ou un choix si elle sait se servir de son corps.

Sexualité ou sensualité ?

Imaginons un slogan de prévention « je ne couche jamais avant mon premier orgasme ». Il éviterait bien des  déceptions car personne ne fait jouir personne. Arrêtons de croire au Prince Charmant. C’est comme le Père Noël ça n’existe pas.

Le plus important pour une sexualité épanouie, c’est de trouver une personne qui ne vous restreint pas à une sexualité pulsionnelle, animale, mais qui l’élargit à une sensualité humaine. Qu’il est beau le tâtonnement de deux personnes dont le but est de voir sur le visage de l’autre un sourire authentique de bonheur !

Le plaisir féminin

Le plaisir sexuel féminin est dans le domaine du tabou. Les études sur le fonctionnement du clitoris n’en sont qu’à leurs balbutiements. C’est le clitoris qui jouit, pas le vagin ! C’est un choix intellectuel, culturel, religieux, de s’intéresser à cet organe-là dont on sait maintenant qu’il n’est pas si petit. Si vous voulez jouir longtemps, encore et encore, ne faites pas l’autruche, et partez à l’aventure (ce que les esprits sots appellent avec mépris la masturbation solitaire). Moi, sexologue et femme, je sais qu’il vaut mieux être seul(e) que mal accompagné(e). L’envie est cérébrale mais l’orgasme est un réflexe, qu’il faut s’approprier et déclencher soi-même si l’autre ne sait plus comment faire. Même les héros ont le droit d’être fatigués. 

Faire l'amour, qu'est-ce pour vous ?

En consultation sexologique, le couple définit son « faire l’amour ». Bien souvent, et heureusement, il y a de bons souvenirs, des moments heureux dans le passé où tout « fonctionnait » sans qu’on y réfléchisse vraiment, simplement et ce sont ces moments-là que les deux amoureux souhaitent retrouver. Ne suffisait-il pas d’avoir envie ? Les corps suivaient. Avec l’âge, l’Amour s’en va-t-il ? Pourquoi cela ne marche plus « tout seul » ?  

En suivi sexologique suite à un divorce une femme triste et trompée de 65 ans, mère de trois enfants, a heureusement retrouvé le sourire en comprenant que c’est la pénétration imposée qui avait posé le problème. La phrase « tu es frigide » s’est gravée dès le départ dans son cerveau alors que tout simplement personne, et surtout pas elle, n’avait jamais pris le temps de partir en exploration de son corps. L’orgasme est un réflexe du clitoris (ou du pénis) et même s’il est bien agréable de le partager, il reste personnel.

Alors pour conclure, je vous propose de danser le jerk ! On danse seul, ou avec qui on veut l’important c’est d’être heureux. L’autre ne veut pas danser ? Eh bien tant pis pour lui ou pour elle ! On change de tempo, de musique, de rythme, de pas. On fait n’importe quoi, on fait ce qu’on veut, on est content car on danse et ça fait du bien. On n’a pas peur du ridicule, on montre à l’autre comment on danse ou on avoue qu’on a jamais osé danser tout seul et on voudrait bien apprendre. Et là c’est gagné. Plus d’enjeu… mais du jeu, plus de performance… mais du partage, plus de pression… mais de la légèreté. Deux êtres s’apprennent l’un l’autre. C’est un choix, entre adultes consentants.

 

Dans la boutique : 3 produits pour se (re)découvrir

Quinquessence vous propose une sélection de 3 objets de plaisir, pour retrouver désir, plaisir, sensualité, mieux se connaitre et mieux connaitre son couple.

Instant érotique

Recevez une citation, une image, un texte érotique, une actu, en fonction de nos découvertes et bénéficiez de 5 € de réduction dans la boutique
captcha 
Merci de recopier le code anti-spam

Rechercher sur le site