Colette Bourlier © France 3 Franche-Comté

Colette Bourlier, 91 ans a soutenu le 15 mars à Besançon une thèse sur les "Les travailleurs immigrés à Besançon dans la seconde moitié du XXe siècle" commencée 30 ans auparavant. Elle a obtenu la mention  "très honorable".

Et vous, qu'allez-vous étudier ?


Lorsqu'elle était enseignante, Colette Bourlier s'est investie dans l'accueil et l'alphabétisation des travailleurs immigrés à Besançon. C'est à la retraite qu'elle a décidé de commencer une thèse sur ce sujet, thèse qu'elle a entièrement rédigée à la main, graphiques inclus.

Colette Bourlier a pu passer cette thèse grâce au diplôme de recherche appliquée (DRA). Ce diplôme, qui n'existe plus, permettait de passer une thèse, sans limite de durée, et sans avoir de diplôme universitaire. 
Dans un contexte différent, le 7 mai 2015, à 102 ans, Ingeborg Rapoport a soutenu la thèse se médecine qui  lui avait été refusée en 1938, sous le IIIe Reich, pour "raison raciale" parce que sa mère était juive.

Vous voulez reprendre les études ?

Même sans passer 30 ans sur un même sujet, des systèmes comme l'Université du temps libre ou la possibilité d'être auditeur libre à l'Université vous permettent d'étudier des sujets qui vous ont toujours passionné. Sans parler de tous les candidats libres au baccalauréat !

Les études c'est bon pour la santé !

Se cultiver, apprendre de nouvelles choses, c'est bon pour le cerveau et pour la santé en général :
- entretenir ses capacités intellectuelles , en variant les centres d'intérêt, en privilégiant les activités qui demandent de l'organisation et de la planification, est un axe de prévention de la maladie d'Alzheimer.
- le contact avec d'autres étudiants renforce les liens sociaux.

 

Photo : Colette Bourlier © France 3 Franche-Comté : Fabienne Le Moing

Instant érotique

Recevez une citation, une image, un texte érotique, une actu, en fonction de nos découvertes et bénéficiez de 5 € de réduction dans la boutique
captcha 
Merci de recopier le code anti-spam

Rechercher sur le site